Accueil>Actus>Faites le plein de vinyles mythiques !
Faites le plein de vinyles mythiques !
10 fév. 2016 • Actualités

Faites le plein de vinyles mythiques !

Vendredi 12 février, le label Impulse! réédite en vinyle 10 albums mythiques : jazz vocal, free jazz, spiritual jazz… Retrouvez ci-dessous la liste complète.

Johnny Hartman « I Just Dropped By To Say Hello » (1964)

Johnny Hartman - I Just Dropped By To Say Hello (1964)

Le second album de Johnny Hartman chez Impulse! incluant « In the Wee Small Hours of the Morning », « Sleepin’ Bee », « Stairway to the Stars », et « Charade ». Il est accompagné par Illinois Jacquet (saxophone ténor), Kenny Burrell (guitare), Jim Hall (guitare), Hank Jones (piano), Milt Hinton (basse) et Elvin Jones (batterie). Pour l’acheter.

 

John Coltrane « Ascension » (1965)

Ascension marque un tournant décisif dans la carrière de John Coltrane. Il commence à jouer sous la bannière New Black Music et commence à collaborer avec Pharoah Sanders, montrant sa volonté d’élargir son quartet à d’autres musiciens. Plus important encore, cet album fut considéré alors comme la caution du musicien de jazz phare des années 1960 au mouvement du Free Jazz. Pour l’acheter.

Yusef Lateef « Psychicemotus » (1965)

Alors que Yusef Lateef joue sur diverses flûtes et un saxophone ténor, on entend également Georges Arvanitas au piano, Reggie Workman à la basse et James Black à la batterie. Focus sur le titre « Bamboo Flute Blues » où Lateef réinvente une rythmique par rapport aux formes standards du jazz. Pour l’acheter.

Gabor Szabo « The Sorceler » (1967)

Cet album est sans doute l’un des meilleurs du guitariste. Enregistré en live au Jazz Workshop de Boston, le jeu semble inspiré, et l’interaction au sein du groupe est palpable, même lorsqu’ils jouent des airs légers comme « The Beats Goes On« . Pour l’acheter.

Albert Ayler « In Greenwich Village » (1967)

Albert Ayler signe son premier album chez Impulse avec In Greenwich Village. Un album live où l’artiste est devenu mature. Les morceaux montrent de grandes contradictions : des mélodies enfantines et douces, contrastées avec le retentissement violent d’hurlements, également contrastée avec des cris de jubilation aux sonorités gospel et R&B. Pour l’acheter.

Pharoah Sanders « Karma » (1969)

Karma est composé uniquement de trois pistes : « The Creator Has a Master Plan », « Light of Love » et « Colors ». Pharoah Sanders emmène l’auditeur aux confins du jazz spirituel, mêlant un tapis d’instruments hétéroclites. Pour l’acheter.

Découvrez les 4 autres vinyles réédités :

 

 

Chaque semaine, Decca Records met 3 vinyles en jeu.

Rendez-vous sur Instagram pour tenter votre chance !