Accueil>Actus>L’été 65 de Coltrane
L’été 65 de Coltrane
15 juil. 2015 • ActualitésJohn Coltrane

L’été 65 de Coltrane

Fort du succès de A Love Supreme, John Coltrane passe un été 1965 ultra studieux et quasi révolutionnaire. Au programme, des sessions très spéciales pour Impulse! et une tournée européenne explosive. Pour son avant-dernier été sur notre planète, le saxophoniste semble habité par un lyrisme tourneboulant doublé d’une profonde urgence créative. Retour sur deux mois qui ont (presque) tout changé.

1965, c’est l’année de tous les records pour Coltrane. La sortie en février de A Love Supreme l’a propulsé dans une autre dimension. Il croulera d’ailleurs sous les prix lors des récompenses du prestigieux magazine Down Beat, à commencer par la plus importante, celle de « musicien de l’année ». Un exploit pour un saxophoniste ténor : seuls Coleman Hawkins et Lester Young l’avaient précédé. Bref, c’est l’unanimité totale autour de ce disque, qui devient un classique instantané (et populaire) de l’histoire du jazz.

Mais se reposer sur ses lauriers, c’est n’est pas le genre de Coltrane. Acharné de travail, bossant son instrument quasi 24 heures sur 24, le saxophoniste décide de passer des vacances studieuses. Et dès le 28 juin, il va même plus loin dans le légendaire studio de Rudy Van Gelder: en plus de son quartet phare (McCoy Tyner, Jimmy Garrison, Elvin Jones), il s’entoure d’une nouvelle génération de saxophonistes frondeurs. A l’époque, ils n’étaient pas connus. Grâce à Coltrane, ils accèdent à un autre statut. Un peu comme Miles Davis avait fait avec lui quelques années plus tôt. Leurs noms? Archie Shepp, John Tchicai, Pharoah Sanders et Marion Brown. Une liste à laquelle il faut ajouter un second contrebassiste, Art Davis, et deux trompettistes : Freddie Hubbard et Dewey Johnson.

ascension

Sans doute influencé par le fameux double quartet « Free Jazz » d’Ornette Coleman, Coltrane dirige alors les sessions de ce (petit) big band de souffleurs qui donneront le disque Ascension. Une suite de 40 minutes au carrefour de la poésie en prose éruptive et de la symphonie libre pour cuivres déchainés. Sous des aspects d’improvisation totale, l’œuvre est en réalité le fruit d’une longue réflexion pour le saxophoniste. Dans le passionnant John Coltrane, sa vie, sa musique, Lewis Porter écrit qu’Ascension marque d’ailleurs le début d’une nouvelle ère pour Trane : « Coltrane s’était progressivement éloigné d’un accompagnement sur une pulsation fixe ; dans sa musique, il n’y aurait bientôt plus (…) de ce tempo sur lequel on peut claquer des doigts. Il s’orienta plutôt vers une sorte de bouillonnement général (…) de la pulsation. »

Dans la foulée, le saxophoniste confirmera lors de cet été 1965 cette nouvelle direction. Sauf que les sessions suivantes ne sortiront qu’après sa disparition. Baptisées Sun Ship, elles seront captées le 26 août avec son quartet de légende. L’album affiche une urgence et une hargne incroyables. Comme si on raclait au cutter les classiques Crescent ou Giant Steps. Il suffit d’écouter Coltrane crier dans son saxophone comme jamais sur l’intro détonante de « Dearly Beloved » pour s’en convaincre. Entre toutes ces sessions, le saxophoniste réalisera par ailleurs une tournée européenne, estivale et explosive qui passera par la salle Pleyel (28 juillet) et le festival de Juan-les-Pins (26 et 27 juillet). Là-bas, sous le soleil de la Côte d’Azur, il interprétera live pour la seule et unique fois A Love Supreme.

Ce changement de cap, certaines l’interpréteront a posteriori comme un signe. Un signe que Trane sentait qu’il vivait peut-être l’un de ses derniers étés. Dans John Coltrane, sa vie, sa musique, Lewis Porter cite une remarque déroutante du cinéaste Daniel Berger : « Comment ne pas interpréter rétroactivement cette folie dans ses improvisations comme une panique devant la mort, comme un grand cri sur la falaise, une immense clameur devant les dieux, inconnus et mystérieux ? Trane se savait-il condamné ? Il n’en avait rien dit. Depuis « Love Supreme », son comportement avait changé. Une inquiétude plus grande encore avait percé. »

Voir La fiche de cet artiste