Accueil>Actus>Qui est Avishai Cohen ?
Qui est Avishai Cohen ?
9 mar. 2016 • Actualités

Qui est Avishai Cohen ?

Avishai Cohen est assurément une des sensations Jazz de ce début d’année.

Acclamé par la critique, salué par le public, son premier album solo chez ECM Into the Silence, paru le 19 février dernier, a été présenté en live le 1er mars 2016 dans la salle parisienne pleine à craquer du New Morning. Nous parlons bien d’Avishai Cohen, le trompettiste, et non de son homonyme contrebassiste. Présentations.

© Caterina di Perri / ECM Records
© Caterina di Perri / ECM Records

Un Enfant Prodige

Avishai Cohen est né en 1978, à Tel-Aviv en Israël, dans une famille de musiciens. Son frère ainé Yuval est saxophoniste soprano et sa sœur Anat est clarinettiste. Sa fratrie aura une importance capitale dans son parcours initiatique de jeune musicien. Il déclare lors d’une interview pour le site Musicandlitterature.org :

« Alors que ma sœur et moi nous amusions et jouions n’importe quoi, Yuval nous disait que nous devions jouer des gammes. Et c’était vrai, il avait raison, mais jouer n’importe quoi et simplement s’amuser est une grande partie de l’apprentissage. » – Avishai Cohen, Musicandlitterature.org, 2014

Il manifesta dès ses huit ans l’envie d’apprendre la trompette. Se montrant précocement doué, il fut engagé à 10 ans par le big band de la réputée école de musique israélienne Rimon avec lequel il donna ses premières représentations publiques, et tourna durant son adolescence avec le Young Israeli Philharmonic Orchestra, sous la direction de grands chefs d’orchestre tels Zubin Mehta, Kurt Masur et Kent Nagano. Le jeune Avishai collabora également avec de nombreux musiciens folk/pop de son pays, avec lesquels il fit ses premières apparitions à la télévision. Fort de ces expériences professionnelles, il obtint une place au prestigieux Berklee College of Music.

Avishai Cohen 2
© Caterina di Perri / ECM Records

Une reconnaissance internationale

Sa carrière internationale fut définitivement lancée par sa troisième place à la Thelonious Monk Jazz Trumpet Competition, à la suite de laquelle il prit du gallon au sein de la dynamique et vibrante scène du club Smalls du West Village de New York. Reconnu par la critique, Cohen est arrivé en tête du référendum critique de DownBeat en tant que « star montante de la trompette » chacune de ces quatre dernières années.

Avishai dit avoir la chance de ne jouer qu’avec sa famille et ses amis, et ainsi, de pouvoir choisir ses concerts.

« J’ai de la chance de pouvoir le faire. Je peux choisir mes shows alors que peu de gens le peuvent. Parfois, c’est du travail, et vous êtes obligé de l’accepter. Même dans le SF Jazz Collective, fondé par une organisation, tous me sont des amis proches. Et s’il ne le sont pas, ils le deviennent.» – Avishai Cohen, Musicandlitterature.org, 2014

En plus de diriger le trio Triveni avec Omer Avital et Nasheet Waits, le trompettiste est membre du SF Jazz Collective depuis 6 ans. On a également pu l’entendre au sein du 3 Cohens Sextet, le groupe familial dont il partage la direction avec sa fratrie. Comme l’a écrit le célèbre magazine américain All About Jazz: “Aux côtés des Heath de Philadelphie, des Jones de Detroit et des Marsalis de la Nouvelle- Orléans, les fans peuvent désormais rajouter les 3 Cohens de Tel Aviv.”

L’album Into the Silence

C’est en entendant jouer Avishai Cohen lors de la séance d’enregistrement du tout récent disque de Mark Turner Lathe of Heaven, que le producteur et fondateur historique d’ECM Manfred Eicher, impressionné par sa contribution, a véritablement pris la mesure du talent du trompettiste. “J’ai aussitôt adoré le style d’Avishai, son phrasé, son énergie et la pureté de sa sonorité” explique-t-il. Voilà pourquoi il lui a offert l’opportunité d’enregistrer dans la foulée son premier disque en tant que leader pour ECM, Into the Silence — que Cohen a décidé aussitôt de dédier à la mémoire de son défunt père. Le trompettiste y présente une série de compositions originales aux mélodies profondément émouvantes évoquant les derniers jours de l’existence de son père, et les magnifie par la sonorité si singulière et personnelle de sa trompette, jouant avec virtuosité et profondeur des effets de sourdine. En plus de la grâce expressive de Cohen et de ce sens de la retenue si caractéristique de son style, l’album doit également sa qualité aux autres membres de l’orchestre : un  piano aventureux déclinant toutes les nuances du blues et entrant volontiers en résonance avec un saxophone résolument lyrique ; une paire rythmique organique et inspirée : tous contribuent ici équitablement à la splendeur de cette musique.

Avishai Cohen Into the Silence