Accueil>Artistes>Gogo Penguin
Gogo Penguin

Gogo Penguin

Originaire de Manchester, le trio acoustico-électronique GoGo Penguin est composé du pianiste Chris Illingworth, du bassiste Nick Blacka et du batteur Rob Turner. Influencés tout autant par des artistes tels que Brian Eno, John Cage, Massive Attack et Aphex Twin que par l’atmosphère pluvieuse des rues mancuniennes, les trois musiciens composent une musique aussi inventive que singulière

Biographie complète Site Internet

Album

Man Made Object
Gogo Penguin

Man Made Object

Sortie : 5 février 2016 • Label : Blue Note

Le nouvel album de GoGo Penguin a pour titre « Man Made Object ».

« Ce choix est en partie lié à ma fascination pour la robotique et pour les concepts de transhumanisme et d’amélioration humaine », explique le pianiste Chris Illingworth.

Comme « v2.0 », «Man Made Object» a été enregistré et produit par Joe Reiser et Brendan Williams aux studios Giant Wafer au cœur du pays de Galles et aux studios 80 Hertz à Manchester. «Joe joue un rôle crucial, que ce soit en concert ou en studio», explique Nick Blacka. «Il place des tonnes de microphones autour de nos instruments pour s’assurer que le moindre son est bien enregistré. Le mixage est aussi très différent de celui qu’ont retrouve sur les albums des autres trio jazz : la basse occupe une place beaucoup plus importante et l’accent est mis sur les médium ce qui permet de dynamiser les morceaux».

«Man Made Object» est le premier des trois albums prévus par le contrat qui lie GoGo Penguin et Blue Note. Avec cette signature, le groupe rejoint le club très fermé des artistes britanniques (comme Stan Tracey, Andy Sheppard, Orphy Robinson, Us3 et Van Morrison) ayant signé sur le plus grand label de jazz du monde. Non que GoGo Penguin se considère, à proprement parler, comme un groupe de jazz. « Le jazz est une catégorie dans laquelle on place tout autant Ornette Coleman que Robbie Williams lorsqu’il est accompagné par un big band », fait observer Rob Turner. « Ce terme manque de précision et ne sert donc pas à grand chose : un peu comme le mot « mammifère » qui désigne tout autant la baleine que le hamster. Les gens dépensent tellement d’énergie dans des discussions qui n’en finissent pas au sujet de ce qui est jazz ou non…Vous avez forcément tort, à partir du moment où vous acceptez de rentrer là-dedans. L’important pour nous est d’écrire de la bonne musique, c’est là-dessus que nous préférons nous concentrer. »

Album disponible sur :