Accueil>Artistes>Diana Krall
Diana Krall

Diana Krall

Diana Krall est une pianiste et chanteuse de jazz canadienne.

Diana Krall est née dans une famille de musiciens à Nanaimo, Canada. Elle apprend à jouer du piano à quatre ans. À l’école elle commence à jouer dans un petit groupe de jazz. À quinze ans, elle joue régulièrement dans plusieurs restaurants de Nanaimo.

Biographie complète Site Internet

Album

Diana Krall – Turn Up The Quiet
Diana Krall

Diana Krall – Turn Up The Quiet

Sortie : 5 mai 2017 • Label : Verve

A l’écoute de « Turn Up the Quiet », le nouvel album de Diana Krall qui sortira sous peu chez Verve Records, quelques mesures suffisent à deviner le plaisir qu’a dû éprouver la célèbre pianiste et chanteuse de jazz lors de l’enregistrement.

Ses premiers mots sur le disque sont « Ces derniers temps, je me surprends à contempler les étoiles ». « N’est-ce pas romantique ? », demande-t-elle quelques minutes plus tard avec une telle tendresse dans la voix qu’il est difficile de soutenir le contraire.

« Cela faisait longtemps que je pensais à ces chansons. Etre entouré de certains de mes meilleurs amis m’a permis de raconter ces histoires exactement comme je le souhaitais. Baisser la voix est parfois le meilleur moyen de se faire entendre ».

Si Diana Krall est avant tout une pianiste de jazz, elle s’est transformée en véritable chef d’orchestre pour cet album, choisissant elle-même la liste des morceaux, composant les arrangements et formant trois groupes différents pour les sessions d’enregistrement.

« Turn Up The Quiet » a également été pour l’artiste l’occasion de retrouver Tommy LiPuma, producteur de certains de ses plus célèbres albums comme « All For You », « The Look of Love » ou « Live in Paris ». Une nouvelle fois, ce disque a été enregistré et mixé par l’inimitable Al Schmitt aux Capitol Studios de Hollywood.

« Turn Up The Quiet » s’ouvre sur une merveilleuse relecture de « Blue Skies » pour laquelle Diana Krall est uniquement accompagnée de Christian McBride à la basse et de Russell Malone à la guitare. Vers la fin du disque, on retrouve ce trio pour une reprise de « Dream » de Johnny Mercer mise en valeur par les splendides arrangements d’Alan Broadbent.

Sur certains morceaux, Diana Krall a fait le choix d’un quintet comprenant Karriem Riggins à la batterie et Tony Garnier à la basse, « I’ll See You In My Dreams »,bénéficiant par ailleurs de la participation du violoniste Stuart Duncan et « Moonglow » de celle du guitariste Marc Ribot.

Réunissant le guitariste Anthony Wilson, le bassiste John Clayton Jr. et le batteur Jeff Hamilton, le troisième groupe formé par Diana Krall s’illustre quant à lui par la qualité cinématographique de ses interprétations, particulièrement évidente sur une reprise envoutante de « Sway ».

Si Diana Krall a toujours puisé dans l’histoire du jazz pour nourrir sa musique, « Turn Up The Quiet » lui offre l’occasion d’enlever le peu de poussière qui subsistait sur les plus belles pages du Great American Songbook.

Si les thèmes de l’amour et de l’espoir sont prégnants sur ce nouvel album, il ne faut nullement y voir une fuite de Diana Krall devant la réalité : « Turn Up The Quiet » est tout simplement l’œuvre d’une femme vivant la plus belle période de sa vie.